Première expérience de territoire (9)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 

Nous étions donc en quête d’un projet fort qui nous permette de rebondir (comme l’on dit à propos de tout ces temps-ci) après les années très confortables passées au Théâtre de Chartres. Ce ne pouvait être dans notre esprit qu’un nouveau et nécessaire passage par l’écriture. Et alors que nous passions des soirées entières en réunion pour élaborer la charte du Pays de Beauce, l’idée germa d’un spectacle en deux parties : ce territoire (le nôtre) hier et aujourd’hui. Pris entre la fin d’une certaine ruralité et la naissance de la rurbanité. Procédant par étape nous nous sommes attelés au proche passé sous l’espèce de « Mémoire rurale ».

 

A la fois enracinée dans son terroir et pourtant témoignage de l’universel paysan, cette création a su toucher son public. C'est-à-dire que nous avons joué à peu près partout où un lieu quel qu’il soit (grange, salle des fêtes, salle communale voire un Musée du Machinisme Agricole mais aussi salle de spectacle à Chartres encore, mais à Lille, à Morlaix) puisse accueillir notre poulailler. Nous pensons avoir touché là un auditoire populaire à qui nous pouvions proposer à la fois autre chose que le mâchonnage télévisuel et autre chose que la veillée paysanne reconstituée.